Entre la Salle Gaveau et le Théâtre 13 : Ivo Pogorelich, le grand Maître du piano, et les drôles de Métronautes d’Arthur Deschamps.

Mais oui Paris a du bon, malgré la grisaille et la pluie déconcertante ! Quoi de mieux que d’aller se réchauffer et se changer les idées dans une belle salle de concert ou de théâtre ?

Certes, il faut prendre le métro, changer de ligne, râler, ouvrir son parapluie, marcher sous la pluie… mais une fois que nous sommes calfeutrés dans nos fauteuils, qu’est-ce que nous sommes contents de ce bol d’air culturel !

 IVO POGORELICH

 

 

 

Le Mardi 27 mars, c’était la découverte du grand pianiste croate Ivo Pogorelich, à la Salle Gaveau.

L’artiste interpelle par ses interprétations classiques transgressives et hors du temps.

 

Pogorelich a été reconnu grâce à la protestation de Martha Argerich juste après son éviction du Concours Chopin de Varsovie, et ses apparitions en concert sont de véritables évènements.

 

Demandez le programme !

 

MOZART : Fantaisie n° 4 en do mineur K 475

                BEETHOVEN : Sonate n° 23 en fa mineur op. 57 « Appassionata »

CHOPIN : Ballade n° 3 en la bémol majeur op. 47

    LISZT : Études d’exécution transcendante (n° 10, 8 & 5) S 13

RAVEL : La Valse-Poème chorégraphique

(transcription pour piano de Maurice Ravel)

 

Même pour les moins « classiques » d’entre-nous, il faut bien avouer que le piano classique adoucit nos pensées et calme le mental...

 

Blonde se questionne et observe les visages dans la salle. Sont-ils tous mélomanes ? Que recherchent-ils en venant à ce concert ? Que procurent chez eux la valse de Ravel ? Quelle est leur histoire ?

Puis son oreille va et vient, ondule avec la musique de ce pianiste à part. Tantôt à l’écoute de Pogorlich, tantôt à la sienne.

 

Rencontrée à l’entracte ? Roselyne Bachelot sirotant un Spritz et trinquant de vive voix avec ses confrères !

Fin du concert, l’homme immense par sa taille et son talent a troqué sa queue de pie contre une « tenue-pijama » ! Il exécute des dédicaces nonchalantes, voir agacées. 

 

Il refuse d’une main de maître de serrer celle des autres. Troublant. De talent. Et d’une personnalité atypique… à découvrir.

Timidement, je m’avance du grand homme aux yeux verts, j’ai quand même eu droit à ma dédicace !

Envie de classique ?

 

Rendez-vous sur le site de la Salle Gaveau

 

http://www.sallegaveau.com/spectacles/ivo-pogorelich-piano

*

 

 

 

LES METRONAUTES

Le mercredi 28 mars, c’est la découverte des « Métronautes » au Théâtre 13 du jeune metteur en scène Arthur Deschamps. Le sujet tombe bien, je sors pour la énième fois de la journée du métro que j’exècre de plus en plus. Tout comme la pluie et le mensonge du printemps arrivant. 

( Non Blonde n’est pas sous pression ! )

Je manque même d’annuler mes rendez-vous sous la menace de prendre la ligne 13 et son brouhaha constant. Tous ces visages fermés qui se toisent ! Beurk. Puis ça ne sent pas très bon, le métro. Alors je me badigeonne d’huiles essentielles d’orange. Mais si je portais un autre regard sur ces gens, si je m’ouvrais un peu ? Peut-être pourrais-je y voir de belles choses… dans l’métro ?

 

Du rire ! 

 

C’est ce que vous trouverez dans « les Métronautes » !

 

Vous avez envie d’une bulle d’oxygène le temps d’une heure de spectacle ? Vous avez envie qu’on râle à votre place ? Courez prendre le métro car il ne reste plus beaucoup de dates !

 

Sans compter le fait que mon amie Marlène y est excellente, le reste de la troupe l’est tout autant !

 

Du rythme mené d’une main de maître tout au long du spectacle par les percussions du « chauffeur de métro » ,des personnalités déjantés et des acteurs atypiques. Comment ne pas se reconnaître dans cette lassitude, cette folie parisienne, ces rencontres de notre quotidien parisien ? 

Oui, Arthur Deschamps et sa troupe nous donne même l’envie d’aller sur la ligne 8 pour les rencontrer ! Et ce matin, j’étais presque contente de prendre le métro… avant que ma râlerie parisienne me reprenne en entrant dans le wagon !

Avec Patrice Bertrand, Luana Duchemin, Nicolas Fenouillat, Marina Glorian, Lucas Hérault, Alexandre Lenis, Canaan Marguerite, Marlène Rabinel, Pauline Tricot

Costumes Félix Deschamps

 

Lumière et régie générale François Menou

 

Mise en scène et écriture Arthur Deschamps

 

Assistante à la mise en scène Camille Mérité

 

Chorégraphie Nour Caillaud

 

Accompagnement corporel Paul Ankri

Percussions Nicolas Fenouillat

 

A Paris, le 03 Avril 2018 - BLONDE