Qu'est-ce que la normalité ?

Nous aimons tous être normaux. Cela nous rassure et nous permet de penser, voir de croire, que nous allons pouvoir passer inaperçu dans ce monde où nous sommes très nombreux. On voudrait croire dur comme fer, que personne ne nous regarde et ne fait attention à nos actions en société.

 

Cela est en partie faux, car, comme nous nous en rendons tous compte, nos faits et gestes sont épiés, et pour de nombreuses raisons.

La normalité peut se définir en deux termes, la normalité physique et la normalité psychique.

Mais pour définir ces normalités, il faut déjà savoir s’il en existe une, et si chacun d’entre nous, ne détermine pas soi-même la normalité qui lui convient, en fonction de son histoire, de ses influences et de ses envies, tant personnelles que professionnelles. 

Il est très intéressant, lorsque l’on observe les actions et réactions de chacun, de comprendre quel est l’univers qui entoure chacun, lorsque les actions diffèrent en fonction des personnes et de l’environnement entourant chaque individu. 

Lorsque je suis avec mes amis, je serai différent d’avec mes parents, d’avec mon patron, d’avec mon collègue, d’avec ma femme ou mari. 

Dois-je agir comme la normalité, c’est-à-dire faire comme ces « stars » que l’on voit sur les réseaux sociaux d’aujourd’hui ? Ou dois-je demeurer hermétique à ce qui m’entoure et suivre ma propre route sans prendre en considération les remarques et reproches de mon entourage, proche ou non ? 

Il est également intéressant, notamment aujourd’hui, de se confronter aux autres cultures, et cela dans un but simple, comprendre quelle est la culture qui se rapproche le plus de mes actes et pensées pour, finalement, ne pas me retrouver dans un endroit dans lequel je ne me sens pas à ma place.

 

En revanche, il ne faut pas confondre vouloir trouver un endroit avec lequel je me sens en relation directe et avec lequel tous les autres « résidents » pensent de la même façon que moi, avec un endroit ou tout le monde devient stéréotypé et la pensée globale est la même pour tout le monde. Cela a pour effet de formater les habitants et ainsi, devenir une culture lisse sans qu’aucune tête ne dépasse jamais. 

La chance que nous ayons de vivre dans ce pays qu’est la France, est exceptionnelle. En effet, dans quels autres pays que le nôtre pouvons-nous trouver un endroit où notre liberté d’expression, d’agir, et surtout de penser est autant laissé à l’appréciation de chacun ? Pour avoir visiter quelques pays proches ou non de la France, il en existe peu. 

Avons-nous envie de rester proche de nos proches et demeurer libre malgré une culture qui ne nous correspond pas forcément ? Ou voulons-nous nous expatrier, découvrir quelque chose de différent mais quitter le cocon et la sécurité amicale et familiale ? 

Avec le développement ces derniers temps des séjours linguistiques (ERASMUS) et autres voyages scolaires et professionnels, on se rend de plus en plus compte que la liberté de voyager et l’envie de découverte se fait de plus en plus grande parmi les nouvelles générations. Pourquoi avoir cette envie de voyages et de repousser les frontières que nos parents ont mis plusieurs décennies à construire ? 

Alors pour que nous devenions tous normal, il serait peut-être bon de ne plus penser en termes de normalité mais en termes d’expérience de vie et surtout, d’accepter la différence de l’autre, car il est évident, que l’autre va vous juger aussi. Et peut-être ne faudrait-il pas juger trop vite les autres, car lorsque nous jugeons quelqu’un, nous nous jugeons nous-même…

Alors si nous pensons que tout le monde nous juge, ne serait-il pas bénéfique de justement, être au commencement d’une nouvelle façon de percevoir les choses, et que le non jugement d’autrui débute de façon personnelle, à notre échelle, sans que le monde ne puisse s’en rendre compte. Le changement prend du temps mais nos enfants nous en remercierons plus tard…

 

Blonde pour Brune, en recherche de liberté

A Paris, le 30 Mai 2018 - BLOND