RICHARD BOHRINGER

Quand Blonde pour Brune se retrouve dans son QG de la rue de Sèvres et qu’elle y croise Richard Bohringer… 

 

BLONDE : “ Peut-être allons-nous le déranger ? ”

BRUNE : “ Non, de l’audace, il faut y aller ! ”

BLONDE :  “ C’est bien lui, tu crois ? ”

 

Blonde pour Brune s’approche doucement de la terrasse où il est assis…

 

Oui, c’est bien lui, sirotant une menthe à l’eau et observant de son regard profond et grave les passants passer…

 

Une, deux courage à deux mains nous y allons.

 

“ Monsieur Bohringer, veuillez-nous excusez, nous ne voulons pas vous déranger… mais voilà, nous avons crée un blog-média, il y a peu de temps, et donnons la parole à des personnalités célèbres ou à révéler. Seriez-vous d’accord pour quelques minutes à nous accorder…? ”

 

De ces deux yeux verts perçants, Monsieur Bohringer nous jette un coup d’oeil furtif.

 

“ Oui, oui pourquoi pas… ”

 

Blonde pour Brune “ Nous avons des questions un peu… bizarres… sur l’invisible et ses mystères… ”

 

De nouveau, regards échangés.

 

“ Oui, c’est d’accord, mardi prochain à 17 heures. ”

 

Dans le brouhaha de la capitale parisienne, de ces vies qui se croisent et se déchaînent, nous voilà assises en terrasse avec ce grand Monsieur.

 

Richard Bohringer, figure iconique des belles années du cinéma français, merci du fond du cœur pour cette interview que vous nous avez accordé et ce moment émouvant que nous avons passé qui nous restera gravé dans notre mémoire.

 

Richard Bohringer, nous vous remercions par avance de ces quelques minutes que vous avez bien voulu nous accorder. Nous avons quinze questions pour quinze minutes avec vous !

 

 

BLONDE :Monsieur Borhinger, comment-allez-vous aujourd’hui ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : Ça va, ça va… Ça va ! "

 

BRUNE :Comment vivez-vous l’instant présent…? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : Présent ! "

 

BLONDE :L’invisible pour vous qu’est-ce que c’est ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : C’est ce qui existe et qu’on ne voit pas. "

 

BRUNE : Votre plus belle histoire d’humour ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : Il rit. " Je n'ai pas vraiment d’humour. "

 

BLONDE : Y a t-il pour vous un pouvoir des sens et de l’intuition ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : "Ah oui oui oui ! Fondamental… Sans intuition, on avance pas beaucoup. "

 

BRUNE : Quelle est la chose la plus audacieuse que vous ayez faite dans votre vie ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : "Parcourir la Mauritanie en période… très, très troublée. "

BRUNE :Vous avez plutôt envie de tranquilité ou d’activité ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : Ah ! D’activité ! "

 

BLONDE : Votre plus beau rôle passé ou à venir ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : A venir je ne sais pas… Passé, c’est quand j’ai joué avec ma fille au théâtre. "

 

BLOND :Vous êtes plutôt cinéma du XXème ou XXIème siècle ? quelle période du cinéma vous représente le plus ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : (assuré) " Je suis plutôt du XXème, oui. Des films qu’on ne fait plus beaucoup et qui sont aussi difficile à réussir que ceux du XXIème car ce sont des films qu’ils ne savent plus beaucoup faire maintenant. "

 

BRUNE : Avez-vous toujours cette passion pour l’Afrique ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : Ah oui, oui, oui ! Cette immense nation, ah oui, oui… Bien sûr. "

 

BLONDE :Le Hasard existe t-il pour vous ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : (très affirmé) " Oui. Oui. Le hasard, cela peut même être un moteur. Oui, le hasard existe. " 

 

BRUNE : " Comment vous ressourcez vous au quotidien ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : Ah, c’est assez compliqué ça… "

 

BRUNE :Quel est le plus beau conseil qu’on vous ait donné et que vous aimeriez donner à vos lecteurs et à nous ? "

MONSIEUR BOHRINGER : Sur la route. Sur la route. Sur la route.

C’est le moment exceptionnel la route. C’est pour ça que quand on est un peu condamné à ne plus la faire c’est un vide terrible. Sur la route il y a le hasard. Il y a pourquoi le hazard. Sur la route il y a la mémoire de pendant, avant, après. Il y a l’inspiration. Beaucoup, beaucoup, il y a tout. "

 

BLONDE :Vous préférez les Blondes ou les Brunes ? "

 

MONSIEUR BOHRINGER : (rires) " Si je préfère les blondes ou les brunes… Il dépendra de l’heure. "

 

BRUNE : Et là, à 17h11 ? "

MONSIEUR BOHRINGER :Ooooh… "

 

BRUNE :Les brunes ! Les brunes "

 

BLONDE :Mais elle l’influence ! Elle fait ses yeux de chats ! "

 

MONSIEUR BOHRINGER :La brune c’est embêtant. Là, il fait jour, la brune on la voit autant que la blonde. Mais la nuit, la blonde a encore de la lumière tandis que la brune se perd dans la nuit. Elle se confond… Alors plutôt les Blondes…"

 

BLONDE :Allez on dira les deux, et que cela dépendra de l’heure ! "

 

BLONDE POUR BRUNE : " Un immense merci, Monsieur Bohringer. "

 

Blonde pour Brune, le media inspirant qui réveille votre… curiosité !

A Paris, le 28 Mai 2018 - BLONDE POUR BRUNE